Petites chinoiseries au pays de Cécilia Sarkozy

Publié le par kandidatür


Sarkozy et la censure

 

Cécilia Sarkozy n'a pas voté pour son "mari" au second tour. Soit. En même temps, on s'en doutait un peu. Cécilia était partie à Miami pendant la campagne électorale, Cécilia n'était pas non plus présente lors du grand meeting à Bercy et personne n'avait vu Cécilia dans les bureaux de vote de Neuilly le jour du second tour ni dans la Vel Satis présidentielle. Bref, à moins d'être inscrite dans le Vè arrondissement de Paris où même les morts ont longtemps eu le droit de vote, on ne voit pas trop comment Cécilia aurait pu remplir son devoir de citoyenne. Les mauvaises langues disent qu'elle aurait malgré tout pu voter par procuration en confiant son bulletin à son copain Richard Attias... Trop risqué. Richard aurait été capable de fait comme Jacques C. et un certain Dominique de V. et de voter Ségolène pour emmerder son pote Nico ! En fait, le plus rigolo dans toute cette histoire, ce n'est pas tant d'appendre que Cécilia n'aie pas voté Nicolas, mais plutôt de découvrir qu'il y a chez nous des dirigeants politiques et des patrons de presse assez neuneus pour imaginer qu'il est encore possible de censurer une info à l'ère d'internet. Et quand on sait que le big boss du Journal Du Dimanche qui est apparemment l'auteur de cette petite chinoiserie s'appelle Arnaud Lagardère, par ailleurs principal actionnaire d'EADS, la maison-mère d'Airbus, on se dit qu'on est vraiment mal barrés pour redresser la France !

 

P.S. Soit dit en passant, la tentative de justification du JDD est aussi confondante que pathétique. Pour le rédac'chef du journal, le fait que la première Dame de France ne vote pas pour l'homme avec qui elle a longtemps partagé ses jours et ses nuits relève "d'un choix personnel et de la sphère privée..." Et prendre les lecteurs pour des lanternes, c'est personnel ou privé ?

Publié dans Analyse

Commenter cet article