Dézingage en série

Publié le par kandidatür


Chez Kandidatür, le blog toujours bien informé, nous nous sommes procuré le livre de Stéphanie Marteau et Pascale Tournier. "Black, blanc, beur... La guerre civile aura-t-elle vraiment lieu ?" (Albin Michel), disponible dés mercredi en librairie. Ca parle de quoi ? De l'apartheid à la française, d'une ségrégation qui ne dit pas son nom, des barbelés invisibles de la république, de politiques déconnectés des réalités qui refusent de reconnaitre que la France, en se métissant, a changé ! Et ce qui est bon , c'est que les auteures tirent à boulets rouge ! Sur ce bon vieux François Hollande, premier secrétaire du PS, amateur d'arabes asservis, qui, soucieux du fait qu'il n'y ait pas de minorités visibles dans les instances dirigeantes de son parti, lâche "Moi-même, je fais mon possible. Ma secrétaire s'appelle Yasmina et mon chauffeur Rachid". Les auteures nous parlent aussi de Georges Frêche, le président de la région Languedoc-Roussillon, qui s'en prend aux fils de harkis en les traitant de "sous-hommes". Et Malek Boutih qui traite les jeunes de banlieue de 'barbares' avec lesquels "il n'y a plus à tergiverser". Attention, la droite non plus n'est pas à la fête dans cet essai au vitriol. Il y est question du maire de Marignanne qui autorise l'érection d'une stèle à la mémoire d'anciens de l'OAS ou encore des déclarations de Xavier Darcos, ministre à l'enseignement scolaire sous Raffarin, qui dénonce "l'arrogance" des anciens colonisés. Quant à Manuel Aeschlimann, député maire d'Asnières-sur-Seine, il est présenté, arguments à l'appui, comme "celui qui impose sans complexe un rapport clientéliste aux représentants des minorités." Quant à Fadela Amara, "Madame banlieue", elle sort habillée pour l'hiver du chapitre qui lui est consacré...

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article