Un charter pour Nadine Morano et Eric Besson

Publié le par kandidatür


Adversaires politiques depuis plusieurs semaines, Nadine Morano et Eric Besson se retrouvent aujourd'hui dans le même bateau. Ou plutôt dans la même galère... voire dans le même charter en partance pour le désert politique ! Virée comme une malpropre pour l'une, poussé à la démission pour l'autre (sa lettre de démission dans son intégralité).
Il est bien loin le temps où Nadine Morano, la tête brûlée de Sarko, passait ses soirées accrochée à son téléphone portable pour appeler les journalistes jusqu'à plus d'heure afin de leur raconter à l'envi la blague d'Arnaud Montebourg, renommé par ses soins le "Montebourde", et ironiser ensuite sur la punition infligée par la mère Ségo. Il est également loin le temps où Nadine Morano se déguisait pour piéger Ségolène Royal lors d'un meeting sur le handicap (les images sont ici). A défaut de faire partie du quarteron de généraux autour du Naboléon de l'UMP, aujourd'hui chez Nadine c'est plutôt morne plaine et désert des Tartartes à en juger son site de campagne qui affiche un agenda désespérément vide comme un meeting d'Yvan Bachaud.
Du côté des Besson, on se console comme on peut en se promenant au pied des remparts de Donzière, transformés pour l'occasion en mur des lamentations, et en pensant à tous ses moments de joie partagés avec la camarade Flamby. A une époque on l'on disait des choses si vraies : "la gauche utile, c'est celle qui offre un débouché politique..."
Nadine et Eric, Eric et Nadine, deux histoires de vie, deux destins politiques et deux enterrements de première classe aux portes de la gloire. Allez, ne tirez pas la gueule, Il n'y a pas que l'UMP et le PS dans la vie. Il y a aussi le Parti du plaisir, l'Union Droite-Gauche version Governatori, l'Union Droite-Gauche version Mourguy, le Mouvement de l'Utopie concrète... bref, l'embarras du choix pour rebondir !

Publié dans Analyse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article