L'insoutenable légèreté de Najat Vallaud Belkacem

Publié le par kandidatür

Najat, porte-parole de Ségo, c'est avant tout un look, celle de la copine de fac super mignonne qui déboule dans l'amphi habillée so sexy et qui vous lâche, fausse candide, un truc du genre : "Mais pourquoi ils me matent tous, qu'est-ce que j'ai fait ?" Najat, c'est une voix, haut perchée, claire et solaire, celle de la copine de clubbing que vous raccompagnez (enfin) chez elle, le matin, à huit heures, et qui vous sort "Finalement, c'est naze de se coucher maintenant, si on allait faire un tennis ?" Najat, c'est une coupe de cheveux très Emo, du genre fan de Tokyo Hôtel, une allure mangaïsante, et une silhouette à la hauteur de ses références orientales. Najat, c'est aussi le comble du snobisme, la seule porte-parole d'un(e)  candidat(e) qui ne s'intéresse pas aux "gros médias", parce que "ce n'était pas son désir le plus fort".  Oui, tu as raison Najat, on se retrouve au Baron, on prend une coupe, et on discute de l'avenir entre nous. Trop cool.





Publié dans Analyse

Commenter cet article

Vincent 23/03/2007 21:38

LE VOTE UTILE POUR SORTIR LA FRANCE D'UN CLIVAGE AUX EFFETS DRAMATIQUES ET LA SEULE ISSUE POUR NE PAS AVOIR SARKOZY COMME PRESIDENT EST DE VOTER FRANCOIS BAYROU.

Voltaire 22/03/2007 23:32

On dira tout ce qu'on veut mais même moi qui n'ai absolument aucun attrait pour Ségo, je trouve cette petite Najat fort sympathique et qu'elle se démerde pas si mal que ça. Je demeure à des lieues de voter PS mais sait-on jamais si la petite continue de "prendre du galon" comme elle le dit toute seule, peut-être bien qu'elle finirait par me convaincre de me joindre à sa cause. Enfin je dis ça mais en attendant les élections c'est dans moins d'un mois et pour l'instant c'est la fluette Sego qui nous est proposée...
Ecr. L'Inf.

el diablo 21/03/2007 22:10

SI TU VOTES SEGO, TU FAIS ELIRE SARKO

Vincent 21/03/2007 18:07


Quel(le) Président(e) souhaitons-nous avoir ?


 
Les nombreux sondages dont nous avons connaissance ne manquent pas de m’interroger sur la représentativité du futur Chef de l’Etat français.
 
Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou seraient choisis par environ 25 % des électeurs. Il est possible que Le Pen se situe également à ce niveau.
 
Je ne vois pas Jean-Marie Le Pen être élu Président de la République s’il atteignait le second tour de la présidentielle. Un sursaut des électeurs, comparable à celui de 2002, lui interdira alors la fonction suprême.
 
Si Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal est élu, le futur chef de l’Etat serait le représentant d’une minorité. Il ne faudra pas s’étonner ensuite d’un blocage massif et du refus de toute marche en avant pour réformer l’état et ses structures, avec toutes les répercutions sur la santé économique de la France et par voie de conséquence sur le « quotidien des Français ».
 
La seule solution ne réside-t-elle pas par l’accession de François Bayrou à la présidence de l’état ?
Certes, il n’a pas aujourd’hui de majorité à l’assemblée nationale. L’UMP et le PS ne sont pas certains non plus d’en posséder une à l’issue des élections législatives proches.
 
Mais, n’est-il pas envisageable qu’il ressorte, à l’issue des législatives, avec une représentativité importante, voir une majorité ?
 
S’il ne l’obtenait pas, ne peut-on pas envisager qu’il pourra, avec des hommes et des femmes d’horizons divers, des hommes et des femmes désireux de s’affranchir de l’embrigadement de leurs partis (UMP et PS), construire une majorité qui lui permettra de mettre en place un gouvernement d’entente et d’ouverture.
Les Allemands l’ont bien réalisé et aujourd’hui, la santé économique et sociale de l’Allemagne fait des envieux et la situe en tête des pays européens pour ses performances.
Le modèle anglais dont se sont réclamés Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal révèle toutes ses lacunes dans de nombreux domaines : sécurité des transports publics, service de santé déficient …
 
Il nous faut réfléchir à cette possibilité d’ouverture à l’autre. La notion droite/gauche nous a montré ses limites depuis 25 ans.
Ne nous faut-il pas casser cette dualité qui ne favorise que les clivages, les intérêts partisans sans se soucier de l’intérêt général ?
Qu’en pensez-vous ?

Fanny 20/03/2007 10:46

Laissez tomber, Arnaud Montebourg est déjà sur le coup !